Microsoft réduit le prix de vente de Windows RT dans l’espoir de stimuler les ventes

Windows RT est en quelque sortie une expérience « quasi-Windows », qui fonctionne sur l’architecture ARM par opposition à la technologie Intel ou la technologie ARM qu’utilise son grand frère Windows 8. Même si la version RT a été un réel chemin semé d’embûches depuis son lancement l’année dernière sur la Surface RT, Microsoft cherche à lui donner un coup de pied afin de le recaler dans la bonne direction, et ce contre les tablettes Android et l’iPad, en réduisant les frais de licence.

Selon Bloomberg, Microsoft cherche à recueillir davantage de revendeurs de tablettes en offrant un système d’exploitation à des prix bien inférieurs à ceux initialement prévus quand il a été lancé. Contrairement à Android, qui est gratuit pour les fabricants ou les revendeurs qui souhaitent l’utiliser sur leur matériel, Microsoft se fait de l’argent en vendant en vrac des licences de Windows RT aux fournisseurs.

Microsoft réduit le prix de vente de Windows RT dans l'espoir de stimuler les ventes

Si la baisse de prix est réelle, il est évident que Microsoft cherche à rentabiliser Windows RT tout en le rendant capable de rivaliser contre les tablettes Android moins chères – en particulier celles du secteur du 7 ou 8 pouces. Cependant, certains vendeurs ne vont pas l’acheter. Acer s’est fait entendre au sujet de la mauvaise performance de Windows RT. Au lieu d’utiliser l’OS quelque peu délaisser des meilleurs fonctionnalités, Acer opte pour proposer une tablette miniature intégrant Windows 8.
Bien que cela apporte un matériel plus puissant pour la plateforme mobile, elle risque aussi d’être une crise d’identité de la part de Microsoft. Un autre problème est que cela ne signifie pas nécessairement que les appareils RT vont baisser de prix… C’est encore aux fabricants de matériel de fixer le prix.

Cela signifie que Microsoft a le potentiel pour ronger Android et iOS en terme de parts de marché, mais que son intention comporte des risques. Windows RT et Windows 8 semblent identiques dans la plupart des circonstances, et proposer deux versions pour un même système d’exploitation peut dérouter les consommateurs.

Est-ce une bonne chose pour Microsoft que de garder deux systèmes ?

flattr this!

» Voir la source de l´article : Microsoft réduit le prix de vente de Windows RT dans l’espoir de stimuler les ventes

Microsoft dévoile plus de merveilles de Windows 8.1 : impression NFC et hotspot WiFi

L’excitation monte autour de la mise à jour Windows 8.1 qui devrait corriger certains des « problèmes » de Windows 8 – comme ramener le bouton Démarrer. Mais les utilisateurs « lambdas » ne sont pas les seuls à lorgner sur Windows 8.1 comme étant une version « nouvelle » et améliorée du système d’exploitation.
En effet, les professionnels et les services informatiques qui envisagent de migrer vers le nouveau système d’exploitation se penchent aussi sur les améliorations que la nouvelle mise à jour va leur apporter. A la conférence TechEd à la Nouvelle Orléans, Microsoft a donné aux utilisateurs d’entreprise un avant-goût de ce qu’ils peuvent attendre de Windows 8.1. Avouons-le : pour que l’OS naissant de Microsoft réussisse à long terme, il va avoir besoin que les entreprises l’adoptent afin que les utilisateurs se « l’approprient ».

Windows 8.1 va également s'adresser aux professionnels et aux services informatiques

Alors que beaucoup d’améliorations de Microsoft sont axées sur la productivité mobile, le géant de la technologie semble penser que votre propre appareil peut être utilisé dans différents contextes et c’est pourquoi il va apporter des fonctionnalités liées au BYOD.
Les utilisateurs nomades disposant d’un dispositif intégrant Windows 8.1 et compatible NFC pourront imprimer très facilement sans avoir la nécessité de câbler le dispositif grâce à la technologie sans fil une fois qu’ils auront ajouté un tag NFC à l’imprimante. Si le NFC est trop fantaisie, l’impression directe par WiFi sera également disponible, créant ainsi un réseau peer-to-peer entre un appareil et une imprimante. Le support de l’affichage sans fil Miracast en natif est également inclus, permettant aux utilisateurs de projeter une présentation à travers une connexion Bluetooth ou NFC.

L'impression NFC dans Windows 8.1 va permettre de faciliter et accélérer le processus d'impression

Les périphériques mobiles connectés à l’Internet via le haut débit seront en mesure de partager la richesse de leur connexion avec leurs pairs et leurs périphériques grâce à un hotspot WiFi personnel. Toute personne qui voyage régulièrement va sûrement apprécier cette nouvelle fonctionnalité.

Une autre bête noire que Microsoft a corrigé est qu’en cliquant sur un programme qui nécessite obligatoirement une connexion VPN demandera automatiquement de vous identifier en un seul clic. C’est plutôt une bonne nouvelle, notamment lorsque vous avez été contraint de vous batailler avec le gestionnaire des tâches pour fermer tel ou tel programme. Ainsi, un petit rappel pour réellement se connecter au VPN lors du lancement est le bienvenu.

Parmi les fonctionnalités de BYOD ajoutées, Workplace Join permet un meilleur contrôle de l’accès d’un périphérique à un réseau d’entreprise. Windows 8.1 permet aux départements informatiques de disposer de la capacité de contrôler quelles parties du réseau d’une entreprise peuvent être consultées par un dispositif en particulier.
Il y a aussi des améliorations afin que les dossiers de travail des salariés sur leur appareil soient automatiquement synchronisés avec leurs dossiers sur le réseau de l’entreprise.
Enfin, les services informatiques seront en mesure d’effacer les parties pertinentes de l’appareil d’un employé, en laissant par exemple seulement les données personnelles de ce dernier, évitant ainsi la nécessité d’effacer complètement le dispositif.

Avec la conférence BUILD de Microsoft qui se tiendra dans quelques semaines, vous pouvez être certain que d’autres fonctionnalités seront au rendez-vous lors de l’évènement.

flattr this!

» Voir la source de l´article : Microsoft dévoile plus de merveilles de Windows 8.1 : impression NFC et hotspot WiFi

Android Jelly Bean arrive à 33% d’adoption, mais Gingerbread est encore le plus utilisé

Nouveau mois signifie nouvelles statistiques ! Parmi celles qui m’intéressent le plus, Android. En effet, il est de tradition à chaque début de mois que Google publie ses chiffres mensuels pour l’adoption des versions Android, en mettant à jour sa page Web qui recense le pourcentage d’adoption des versions d’Android.

Comme il a été constaté depuis quelques mois maintenant, la dernière version de l’OS mobile de Google est enfin en voie de truster la première place. En effet, qu’il s’agisse de Android 4.2 et Android 4.1, tous deux font partis de ce que l’on appelle Android Jelly Bean, les parts de marché ne cessent de croître. 33% des utilisateurs d’Android utilisent Jelly Bean – représentant une hausse de 4,6% par rapport au mois dernier – contrairement à Android 4.0 (Ice Cream Sandwich) qui est utilisé par 25,6% des utilisateurs et le faisant reculé de 1,9% – 27,5% d’adoption en mai dernier. Android 2.3 (Gingerbread) quant-à lui recule également et a de nouveau chuté pour arriver à 36,5% d’adoption. Concernant le reste des versions antérieures de Android, celles-ci sont soit en baisse soit voir quasi nulles – Honeycomb est représenté par 0,1% des utilisateurs et malheureusement 3,2% sont encore sur Froyo.

Voici à quoi ressemble le paysage actuel Android :

Android Jelly Bean arrive à 33% d'adoption, mais Gingerbread est encore le plus utilisé

Comme mentionné depuis le mois d’avril, le paysage d’Android a quelque peu changé suite à la façon dont Google compte les données, puisque le géant de la recherche répertorie aujourd’hui les dispositifs à chaque fois qu’un utilisateur visite délibérément la boutique en ligne. Autrement dit, le firme de Mountain View ne souhaite plus se soucier des anciens OS pour lesquels les utilisateurs ne prennent même pas la peine de se rendre sur Google Play.

Par rapport aux mois dernier, Android montre donc sa progression lente mais stable. Android 4.2 – la version la plus récente de l’OS mobile – a récupéré 1,7% de parts de marché – passant de 2,3% à 4,0% – tandis que Android 4.1 s’est forgé une solide progression de parts de marché de 2,9% – passant de 26,1% à 33%.

En revanche, Android 4.0 quant-à lui poursuit son lent déclin. Il a chuté de nouveau de 1,9%, arrivant ainsi à 25,6% de parts de marché contre 27,5% au début du mois de mai.

Toutes les anciennes versions d’Android sont également à la baisse. Si Android 3.2 est « stable » par rapport au mois dernier, il ne représente aujourd’hui que 0,1% d’utilisateurs. Android 2.3 a de nouveau chuté de 1,3% – passant ainsi de 39,8% à 38,5%, et Android 2.2 est tombé à 3,7% contre 4% le mois dernier.

Hormis ces constats le tableau reste inchangé : Gingerbread, publié en décembre 2010, représente encore la plus grande partie des dispositifs Android sur Google Play, tandis que les versions les plus récentes de Jelly Bean (juin 2012 et novembre 2012) restent sur la deuxième marche, et Ice Cream Sandwich (octobre 2011) complète le podium.

En gardant cela à l’esprit, c’est toujours agréable de voir que Jelly Bean est la seule version d’Android qui voit sa part de marché progresser. Alors que la Google I/O 2013 n’a pas annoncé une nouvelle version du système d’exploitation mobile de la société, celle-ci devrait néanmoins arriver plus tard dans l’année. Elle devrait voir une évolution mineure par rapport à Android 4.2 – pré-supposée pour être nommée Android 4.3 – permettant ainsi de ne pas partir de zéro en terme d’adoption.
Alors que la fragmentation d’Android n’est guère un problème résolu, celle-ci s’améliore lentement au plus grand bonheur des développeurs, mais également des utilisateurs. Au final tout le monde y gagne !

flattr this!

» Voir la source de l´article : Android Jelly Bean arrive à 33% d’adoption, mais Gingerbread est encore le plus utilisé

iRadio : Une annonce probable lors de la WWDC après l’accord d’Apple avec Warner Music

Bien que cela puisse ne pas être prêt à temps pour un lancement en grande pompe dès son annonce, il semble que Apple puisse tout de même disposer d’assez d’éléments pour dévoiler son soi-disant service iRadio lors de sa Worldwide Developers Conference la semaine prochaine, grande conférence annuelle dédiée aux développeurs où l’on attend des nouvelles de OS X et iOS

Selon à la fois le NYTimes et CNET, le géant technologique a franchi une nouvelle étape en préparant son music service de streaming, puisqu’il aurait obtenu la signature d’un accord de licence avec le géant de la musique Warner le week-end dernier.

iRadio : Une annonce probable lors de la WWDC après l'accord d'Apple avec Warner Music

L’idée d’Apple de créer un service similaire à celui offert par Spotify ou encore Pandora est dans les cartons depuis de nombreuses années, impliquant la firme de Cupertino dans de longues négociations avec les labels de musique dans le but d’obtenir des prix favorables concernant les taux de redevances, proposant à ces derniers deux sources de revenus : un montant sur chaque diffusion ainsi qu’un pourcentage sur les recettes publicitaires du service.

Alors que la société de technologie aurait déjà signé un accord avec Universal pour obtenir les licences pour la musique, il semble que l’édition ne soit pas incluse. En revanche, l’accord avec Warner Music couvre apparemment les licences et l’édition.

Pendant ce temps, Apple est dit être toujours en pourparlers avec Sony Music Entertainment et la maison d’édition indépendante de la société, Sony/ATV, mais aucun accord ne semble avoir été trouvé.

Le New York Times a déclaré que le service de streaming de musique d’Apple est susceptible d’être une société libre et financée par la publicité. Pendant ce temps, une source anonyme de CNET indique que le service comprendrait plusieurs fonctionnalités qui n’existent pas encore avec Pandora, comme « la capacité de revenir sur une chanson à partir de son milieu ». Vous pouvez également vous attendre à voir un « simple bouton » offrant un accès rapide et facile à l’iTunes Store pour les achats audios.

Apple pourrait bien sentir une pression supplémentaire pour lancer rapidement iRadio après le lancement du service de musique en streaming de Google, Google Music All Access, en mai dernier. Similaire à Spotify et XBox Musique, après avoir déboursé 9,99 dollars par mois vous bénéficierez de l’énorme base de données musicale liée à ce service. Actuellement disponible pour Android et les utilisateurs de PC, Google a récemment déclaré qu’il fera connaître son service de musique pour iOS dans les prochaines semaines. Même si actuellement aucune date officielle pour une sortie en Europe n’a été communiquée, sachez que vous pouvez d’ores et déjà profiter de ce service en saisissant une adresse postale américaine dans les paramètres du compte.

Selon les rumeurs les plus récentes, Apple a encore quelques transactions importantes à faire avant que la firme de Cupertino ne puisse lancer son service de musique en streaming, mais je peux parier qu’elle va profiter de l’évènement mondial pour faire parler de lui pour la première fois.

Dans un premier temps, le service pré-supposé nommé iRadio serait accessible aux États-Unis, en Angleterre, en Allemagne, et en France !

flattr this!

» Voir la source de l´article : iRadio : Une annonce probable lors de la WWDC après l’accord d’Apple avec Warner Music

Acer entre dans le monde de la phablette avec le Liquid S1, un dispositif de 5.7 pouces

Un autre jour, une autre phablette. La dernière en date, la Liquid S1 de Acer a été dévoilée hier au salon Computex à Taipei et marque la première incursion de la société dans le marché de la phablette. Arrivant avec Android 4.2, le dispositif dispose d’un écran de 5,7 pouces offrant une résolution de 1280 x 720 pixels, d’un capteur à l’arrière du dispositif de 8 mégapixels et une caméra frontale de 2 mégapixels, d’un processeur quad-core Mediatek cadencé à 1,5 GHz, de 1 Go de RAM, de 8 Go de stockage extensible par un port micro-SD qui peut étendre la tablette de 32 Go supplémentaire, ainsi que la prise en charge du simple ou double cartes SIM.

Acer entre dans le monde de la phablette avec le Liquid S1, un dispositif de 5.7 pouces

En plus de fonctionner sous Android, le smartphone Acer Liquid S1 dispose d’une surcouche logicielle nommée Acer Float User Interface qui tire l’avantage de son grand écran, ce qui permet aux utilisateurs de garder plusieurs fenêtres d’applications ouvertes en même temps – une caractéristique de garder certains avides du multitâche heureux.

La pression d’une touche fait apparaître le raccourci Float Apps permettant ainsi de lancer une application et d’en ouvrir une autre par transparence afin de laisser celle en arrière plan active et accessible. Comme le mentionne la firme taïwanaise dans le communiqué, « il est facile d’accéder ou passer d’une application à une autre à tout moment ». Malheureusement, il semblerait que seules quelques applications sont éligibles à cette fonctionnalité, telles que la caméra, la géolocalisation, la calculatrice ou encore la prise de notes.

Le Liquid S1 dispose également d’un système nommé Float Caller, qui empêche que tout votre écran soit rempli par une notification d’appel. Au lieu de cela, une mini-fenêtre de l’appelant est affichée à l’écran, ce qui permet à l’utilisateur de décider de prendre l’appel ou de répondre par un message.

Acer Float Apps Maps

Acer Float Apps Notes

La caméra de la phablette intègre Voice Shot, une fonctionnalité qui permet d’activer le déclencheur simplement en mentionnant « Cheese ». Il y a aussi Smile Shot, qui reconnaît les visages souriants – « particulièrement utile pour prendre des photos de bébés et jeunes enfants » – mettant ainsi fin à la nécessité de réellement regarder le sujet que vous voulez photographier.

Pour la partie audio, Studio Sound prétend offrir d’étonnants effets sonores cinématographiques. De plus, le Liquid S1 embarque la fonction Auto Profile qui permet d’enregistrer des lieux et de définir de manière automatique quelques réglages comme la luminosité, le volume ou la sourdine, l’activation du Bluetooth, du Wi-Fi et de la connexion 3G.

Enfin, à noter que Acer propose en option un stylet – très utile pour ce genre de dispositif – afin d’utiliser le Liquid S1 que ce soit lors de la prise de notes, ou pour dessiner. Ce dernier mesure 9,5 mm de long, et est équipé de deux boutons.

Le Liquid S1, qui sera accessible en noir ou blanc mat, devrait être commercialisé dans un premier temps en Europe, et être accessible dès le Q3 2013. La France, la Belgique, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, les Pays-Bas, l’Ukraine, la Russie et le Royaume-Uni seront parmi les premiers marchés à vendre la nouvelle phablette, qui devrait être dans les rayons avec un prix aux alentours des 349 euros.

flattr this!

» Voir la source de l´article : Acer entre dans le monde de la phablette avec le Liquid S1, un dispositif de 5.7 pouces

Transformer Book Trio : tablette, ordinateur portable/bureau exécutant à la fois Android et Windows 8

Asus continue à expérimenter avec non seulement différents facteurs de forme, mais aussi en apportant de multiples expériences, qui peuvent être réunies en une seule machine. Le dernier dispositif imaginé par ses ingénieurs est le Transformer Book Trio, un trois-en-un faisant office d’ordinateur de bureau, d’ordinateur portable et enfin de tablette hybride fonctionne à la fois sur Android et Windows 8.

Asus vient de dévoiler un dispositif très étrange : le Transformer Book Trio

Pour la tablette en elle-même, celle-ci dispose d’un écran de 11,6 pouces avec une résolution de 1080p, fonctionnant sous l’OS mobile de Google, Android, dès qu’elle est utilisée en mode « seule », mais une fois le clavier clipser celle-ci est magiquement transformée en un ordinateur portable offrant Windows 8. Toutefois, si vous préférez continuer à utiliser Android, il suffit d’une seule pression pour lancer l’OS de Google. Cela fonctionne également lorsque la tablette est connectée à un moniteur externe, où le Transformer Book Trio devient alors un ordinateur de bureau.

Transformer Book Trio : tablette, ordinateur portable/bureau exécutant à la fois Android et Windows 8

Si tout cela semble impressionnant, Asus n’a pas lésiné sur les spécifications non plus, et a pris l’initiative de fournir à chacun de ses systèmes d’exploitation son propre processeur. Pour Windows 8, un processeur Intel Core i7 dirige le spectacle, tandis qu’une second puce Intel Atom Z2580 prend en charge Android. Asus aurait pu se contourner ce problème en installant Windows RT sur le Transformer Book Trio, mais je suis heureux de voir que la firme a fait l’effort d’embarquer la version « complète » de Windows 8, c’est-à-dire celle qui n’est pas bridée en terme d’applications – Windows RT ne permet d’installer que les applications disponibles sur le Windows Store.

Bien sûr, cette configuration offrant un double système d’exploitation signifie que les utilisateurs auront accès aux applications de Google Play ainsi qu’à ceux du Windows Store. Heureusement, un disque dur de 1 To, plus 64 Go de mémoire flash ne seront pas de trop pour pouvoir installer tout le nécessaire. L’autonomie de la batterie n’a pas été mentionnée pour la partie tablette, mais le dock clavier dispose de sa propre batterie à l’intérieur ce qui devrait fournir une excellente utilisation de 15 heures non stop.

Comme les autres nouveaux produits que Asus a annoncé lors de sa conférence de presse du salon Computex, les détails sont rares, et on ne sait pas combien le Transformer Book Trio va coûter, ou encore quand il sera libéré. Je vous tiendrais au courant dès que l’information sera rendue publique.

flattr this!

» Voir la source de l´article : Transformer Book Trio : tablette, ordinateur portable/bureau exécutant à la fois Android et Windows 8

Google Glass : les développeurs interdits de reconnaissance faciale

Prendre des photos avec des Google Glass, très bien. Reconnaître un individu au milieu d’une foule grâce aux vêtements qu’il portait un peu plus tôt dans la journée, pourquoi pas. Mais utiliser la reconnaissance faciale à tout va, ce sera non.

Google Glass

La dernière mise à jour des politique des développeurs pour Google Glass ajoute quelques détails d’importance. Notamment l’interdiction d’utiliser la reconnaissance faciale pour l’identification vocale dans des applications. De quoi contenter, du moins partiellement, ceux qui craindraient que les lunettes connectées viennent fouiller dans leur vie privée.

N’utilisez pas la caméra ni le microphone pour croiser des informations et présenter des informations personnelles identifiant qui que ce soit hormis l’utilisateur, y compris dans des cas tels que la reconnaissance faciale et l’empreinte vocale. Des applications qui fonctionnent ainsi ne seront pas approuvées pour le moment“. Pas d’interdiction définitive, mais une décision destinée à rassurer les futurs utilisateurs de Google Glass, quand seuls les développeurs et quelques chanceux détiennent la version Explorer des lunettes (lire nos premières impressions sur les Google Glass), elles-mêmes amenées à évoluer avant leur lancement commercial.

Bien que l’on ignore encore la date de commercialisation des Google Glass – probablement fin 2013 ou début 2014 – et même leur prix, les plus soupçonneux voient déjà d’un mauvais oeil ces montures dotées d’une mini caméra capable de filmer en 720p, qui seront à l’avenir compatibles avec de multiples applications. Réalité augmentée à visée informative ou ludique, recherches en permanence, informations contextuelles, mémorisation des faits : les lunettes rassemblent de multiples usages que l’imagination des développeurs n’aura de cesse de faire évoluer.

Quid de l’espionnage et du respect de la vie privée ? Certains ont déjà tranché : aux USA, des bars ont d’ores et déjà interdit le port de ces lunettes d’un nouveau genre (notamment un bar de Seattle, qui ne s’est pas privé d’un petit coup de pub au passage), tandis que des Etats (la Virginie, pour commencer), souhaitent faire interdire les Google Glass au volant, par crainte de dangereuses distractions sur la route. De même que la question de l’interdiction des lunettes dans les salles de cinéma (piratage en vue) ou dans le cadre d’examens fait elle aussi question. Et vous, les Google Glass vous font-elles craindre pour votre vie privée ?

» Source de l’article

Free Mobile : de la 4G avec 10 Go de “fair use” ?

De nombreux indices nous laisseraient penser que le groupe lliad devrait mettre à jour son forfait à 19,99 euros par mois : Compatibilité 4G, fair-use de 10 Go… 

4gillimitye

Même si ces nombreuses informations semblent être des erreurs, de nombreux blogueurs et sites spécialisés tels que UniversFreebox sont persuadés qu’il s’agit d’indices laissés par Free Mobile. Aujourd’hui, les forfaits Free Mobile intègrent 3 Go de données en fair-use.

Portail_Banner_Freemobiletoutill(1)

Pour rappel, Free dispose d’une licence dans les bandes de fréquence des 2,6 Ghz. Pour les bandes de fréquence 800 MHz, Free pourrait signer un accord d’itinérance à SFR. Enfin, Free Mobile aurait déjà installé 792 antennes compatibles 4G.

freemobile-orange-SFR-BouyguesTelecom

» Source de l’article

Twitter est down et indisponible un peu partout !

Il semble que Twitter est indisponible pour certains utilisateurs ! Le problème semble avoir commencé vers 22h20 heure locale, puisque c’est à ce moment là que les autres sites de médias sociaux tels que Google+ ont relayé la nouvelle. Le blog de ​​statut de Twitter ne mentionne aucun problème, mais dès que l’on souhaite accéder au site on a l’erreur suivante :

Twitter est down et indisponible un peu partout !

De plus, mon client Twitter n’arrive pas à se connecter. Espérons juste que ce problème ne soit pas trop long… Bien entendu je ne manquerais pas de mettre à jour l’article…

Pas de suicide collectif à l’horizon, mais la dépendance au réseau social se ressent sur les réseaux concurrents. Autant dire que la production à l’heure ne peut qu’augmenter !

Mise à jour du 03/06/2013 à 22h36

Bon bah c’est revenu ! Fausse alerte …

flattr this!

» Voir la source de l´article : Twitter est down et indisponible un peu partout !

Vine est d’ors-et-déjà disponible sur Android

À la fin du mois d’avril, le co-fondateur de Vine, Dom Hofmann, a déclaré que l’application produisant des vidéos de 6 secondes arriverait sur Android « bientôt ». Et bien bonne nouvelle pour tous, aujourd’hui elle est enfin là, puisque Android est d’ors-et-déjà disponible sur Android et le Play Store. L’application arborera la fonctionnalité de création de vidéo, d’exploration des tendances, mais également dans les tweets intégrés à une page Web, fonctionnalités que les utilisateurs iOS profitent depuis un moment maintenant. Ils ont également ajouté une fonction de zoom pour Vine sur Android – non présente actuellement sur iOS.

Il y a un tas de fonctionnalités, comme le support de la caméra frontale et arrière, les notifications push, et l’utilisation des hashtags qque les utilisateurs d’Android n’auront pas au moment du lancement. Mais elles vont venir. Vine pour Android et Vine pour iOS ne sont pas en phase, du moins pour l’instant donc.

« Même si nous nous sommes concentrés sur la libération de Vine pour Android, nous avons continué à publier des mises à jour et ajouté de nouvelles fonctionnalités à l’application iOS. En conséquence, les deux applications ne sont pas parfaitement en phase, mais ce ne sera pas le cas pour longtemps. Au cours des prochaines semaines, vous verrez des fréquentes mises à jour avec de nouvelles fonctionnalités, ainsi que des corrections de bugs et des améliorations de performances », mentionne un ingénieur de Vine sur Android, Sara Haider.

Vine est d'ors-et-déjà disponible sur Android

Filmez, éditez et postez vos vidéos sur Vine

Partage sur Twitter et Facebook de vos créations

Vue du profil Vine sur Android

La navigation sur la version Android est assez similaire à la version sur iOS. La partie supérieure de l’écran est divisée en quatre onglets : « Flux » pour regarder les derniers clips des personnes que vous suivez, « Activité » pour les notifications récentes, « Explorer » pour découvrir de nouveaux contenus et « Profil » afin de visualiser vos précédentes publications. C’est simple, propre et apporte la même cohérence de conception déjà établie sur son application iOS.

Et si vous vous demandez à quel point Vine est populaire, depuis son lancement en janvier, le service compte aujourd’hui plus de 13 millions d’utilisateurs enregistrés.

Voici le lien pour télécharger l’application sur Google Play.

flattr this!

» Voir la source de l´article : Vine est d’ors-et-déjà disponible sur Android

Foxconn et Mozilla collaborent à l’élaboration de 5 appareils pour les OEM, y compris une tablette

Mozilla et Foxconn ont officiellement annoncé un partenariat et ont confirmé que les deux entreprises développent au moins cinq nouveaux dispositifs, y compris une tablette, rapporte The Next Web. Venant ainsi confirmer une rumeur selon laquelle le géant du Web allait s’associer avec le constructeur surtout connu pour être le principal partenaire de fabrication d’Apple, mais qui assemble également des produits pour un grand nombre de géants de la technologie du monde entier, Mozilla semble avoir fait un gros coup avec ce partenariat.

Foxconn et Mozilla collaborent à l'élaboration 5 appareils pour les OEM, y compris une tablette

L’annonce de celui-ci s’est faite lors d’une conférence de presse au Computex 2013 à Taipei, où Gong Li, PDG de Mozilla Taiwan, et Young Liu, Directeur général de Foxconn innovation Digital System Business Group, où l’on a pu également voir un nouveau prototype de tablette conçu pour un OEM anonyme. Hormis la photo les détails restent rares, car aucune spécification ou encore le possible prix n’a été dévoilé. Cependant, lors d’une session de questions/réponses Mozilla a déclaré qu’il était optimiste quant-à ce que l’OS HTML5 aiderait à se positionner sur les marchés développés et les pays émergents.
En plus de dévoiler la tablette en question, Foxconn et Mozilla ont déclaré qu’ils travaillent sur au moins cinq dispositifs, et ont souligné que leur partenariat ne serait pas limité aux smartphones et tablettes. Un large éventail des compétences de Foxconn permettrait d’étendre l’OS de Mozilla dans les écrans de télévision et bien plus …

Lorsqu’on leur a demandé ce que signifiaient ces développements pour le statut de Foxconn en tant que marque, Li et Liu a déclaré que Foxconn resterait un fabricant, pas une marque, et le but de cette collaboration est d’intégrer de façon optimale l’OS de Mozilla avec le matériel. Les détails relatifs aux spécifications et le marketing seront laissés aux OEM.

Ce partenariat marque un tournant car les deux entreprises tentent d’aller au-delà de leurs produits et services phares. Mozilla continue à pousser sa vision de l’Internet mobile via son OS mobile et cela passe par des partenariats majeurs tels que celui-ci, tandis que Foxconn diversifie son activité au-delà des dispositifs de fabrication pour les marques de grande consommation.

Alors que jusqu’à présent la seule réalité physique pour l’OS de Mozilla était le Geeksphone, le « Peak » et le « Keone » étant très populaires avec des milliers de ventes en quelques heures, il se pourrait que prochainement Firefox OS soit poussé sur de multiples dispositifs. Reste à savoir qui seront les OEMs, et quels dispositifs ils proposeront !

En tout cas l’avenir de Firefox OS est beaucoup plus rose avec ce partenariat et l’idée que l’OS vienne prendre la troisième place derrière nos deux géants que sont iOS et Android n’est pas si utopique … Maintenant il faut savoir quand !

flattr this!

» Voir la source de l´article : Foxconn et Mozilla collaborent à l’élaboration de 5 appareils pour les OEM, y compris une tablette